17 janvier 2018
GKS
0 messages
Partager
GKS
Tentative d’escroquerie à l’encontre du PAN Guillaume Soro / Fin de cavale pour deux arnaqueurs

Des faits dignes d’un film de science-fiction qui remontent aux journées du mercredi 10, jeudi 11 et lundi 15 janvier 2018. Le déroulement et la fin de ce film devraient pouvoir raviser toute personne qui aurait l’intention ou qui aurait comme ambition proche ou lointaine de soutirer frauduleusement de l’argent à Son Excellence Monsieur Guillaume Kigbafori Soro.


Au cœur de cette arnaque méticuleusement préparée, deux sinistres individus démasqués par la Police judiciaire ; il s’agit des nommés Coulibaly Djongué Ben Ezéchiel et Koné Penangnoufa Emile, qui ont eu pendant 3 jours au bout du fil, la secrétaire particulière du Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, répondant aux initiales de Y.M et qui raconte ici les faits tels que déroulés :

« C’est un jeune homme qui a appelé le mercredi 10 janvier dernier pour informer son soi-disant oncle le Pan Guillaume Soro que son papa du nom de Sylla Karamoko qui est à Diawala est très souffrant. Le lendemain jeudi, le même jeune homme me rappelle pour m’informer que l’état de son père s’est empiré. Je lui ai donc demandé de quoi souffrait son père. Il m’a tout d’abord indiqué qu’il souffrait de la hernie. Et donc, comme c’est un cas de maladie, je joins le médecin particulier du Pan pour lui expliquer la situation. En retour, je communique le numéro du docteur Touré au pseudo neveu du Pan. Après avoir joint le docteur Touré qui lui a indiqué d’aller à l’hôpital, le jeune homme me rappelle pour dire qu’après la consultation, on leur a remis une ordonnance de 37 000 FCFA. Pour cette somme dérisoire, je n’ai pas voulu attendre ou gêner le Pan qui était en ce moment à l’intérieur du Pays, en mission à Niablé et à Abengourou. Je suis allée moi-même faire un MTN money d’un montant de 50 000 FCFA et après rendre compte au Pan. Quand il a reçu l’argent, le quidam m’a rappelé pour me dire ‘’merci tantie, nous avons reçu l’argent, je dis infiniment merci au Pan’’.

A ma grande surprise le lendemain vendredi, le même jeune me rappelle pour me dire que malgré les médicaments, son papa n’a pas survécu. Il supplie le Pan Guillaume Soro de lui expédier 100 000 FCFA pour l’enterrement. Je me suis donc interroger sur la procédure en vigueur en pays musulman en cas de funérailles. J’ai donc appelé le petit-frère du Pan, M. Soro Simon, pour savoir s’il est au courant du décès d’un certain Sylla Karamoko à Diawala qui serait leur oncle ? Simon m’a répondu par la négative. Et donc je rappelle le jeune homme pour lui demander à quoi serviront exactement les 100 000 F CFA. Il me répond que cet argent servira à récompenser les imans qui vont faire la prière et aussi pour acheter un mouton. Cela m’a donc paru bizarre, j’ai trainé et je n’ai pas remis l’argent. Pendant ce temps, il me stressait pour dire ‘’tantie, nous sommes à la mosquée, nous sommes en train de faire la prière du vendredi’’. Et comme je ne répondais pas toujours, il m’a encore rappelée pour dire ‘’ je suis à côté du corps et tout le monde m’a abandonné’’ ; peu après, il m’informe que ses amis lui ont remis un peu d’argent et donc il avait besoin de 50 000 F CFA au lieu de 100 000F. Je suis restée de marbre et je n’ai satisfait à sa préoccupation.

Et voilà que le lundi 15 janvier dans la matinée, il rappelle cette fois-ci sur une autre identité, qu’il s’appellerait Koné Ipou et qu’il aurait fait le Petit Séminaire de Katiola et le Lycée Classique de Bouaké avec le Pan Guillaume Soro, et que sa maman serait très souffrante. Elle aurait de l’eau dans ses poumons et qu’elle devrait subir urgemment une opération d’un coût de 250 000 FCFA. Il me disait ceci : « tantie, vous savez, affaire de maman c’est très important, il faut dire à Bogota de faire un effort, sinon ma maman va mourir ». Et donc, vu la contiguïté des faits, je me suis demandée si je n’avais pas affaire aux mêmes personnes du jeudi dernier. J’ai donc joint le capitaine Hermann pour l’en informer. Hermann m’a conseillée de lui dire, comme il s’agit d’une affaire de maladie, le Pan Guillaume Soro a répondu favorablement à sa demande et donc qu’il envoie quelqu’un pour récupérer l’argent, mais après avoir déchargé. Je lui transmets le message et 5 minutes après, il rappelle pour dire qu’il a un de ses cousins qui viendra prendre l’argent. Après avoir fait le retour au capitaine Hermann, il me conseille d’aller à la Police judiciaire (PJ) pour porter plainte, pour qu’à l’arrivée du fameux cousin, il puisse être immédiatement épinglé. Avant même que je n’aille à la PJ, l’émissaire frappait déjà à ma porte. J’ai donc appelé la PJ qui m’a dit de demander aux gendarmes en poste à l’Assemblée nationale de le saisir et de l’emmener à leur niveau. C’est ce qui fut fait.

A la PJ, l’émissaire joue les étonnés, il dit qu’il a été simplement envoyé par un de ses frères à Katiola. Après des questionnements, il ressort que ce sont des arnaqueurs bien organisés et que même l’instigateur n’est nullement à Katiola, qu’il est à Abobo. Ils m’ont donc demandé d’aller au 1erarrondissement pour porter plainte. Pendant ce temps, la tête pensante du plan n’arrêtait pas d’appeler. Il n’arrêtait pas non plus d’appeler son émissaire. C’est ainsi que les agents de la PJ lui ont donc dit de répondre aux appels, qui a confirmé qu’effectivement l’argent lui a été remis. Le chef de fil lui a donc indiqué sa position non loin du Stade Félix Houphouët-Boigny, et c’est ainsi qu’à bord d’une voiture teintée, les agents de la PJ sont allés mettre la main sur lui. Je suis donc allée par la suite au commissariat pour faire ma déposition tout en insistant que c’est le Président Guillaume Soro que ces quidams ont tenté d’arnaquer en appelant sur sa ligne directe.

Pour cette affaire sitôt après sa déposition, le procureur adjoint de la République en était déjà informé. Qui a d’ailleurs appelé le commissariat pour indiquer que ces malfrats, vu la gravité des faits, encourent chacun une peine de 10 ans ».

Ces deux quidams ont utilisé plusieurs fausses identités pour tenter d’arnaquer un Président d’Institution, toute démarche condamnable au regard de la loi, fût-il une personnalité politique sociable. C’est d’ailleurs le lieu de saluer mademoiselle Y.M, l’Aide-de-camp du Pan, M. Koné Ardiouma Hermann, et les services de sécurité qui, dans une tactique et une lucidité hors pair doublées d’un calme olympien, ont permis de mettre hors d’état de nuire ces individus qui par la suite des évènements, s’avèrent être des membres d’un groupe d’arnaqueurs activement recherchés et qui habitent la commune d’Abobo.

Le Président Guillaume Soro de par sa politique sociale est ouvert à tous. Les aides et actions menées à l’endroit des plus nécessiteux en Côte d’Ivoire sont légions. Les portes de ses services sont grandement ouvertes. Chers jeunes, gardons-nous de mettre notre leader générationnel dans une situation inconfortable, celui de voir une frange de cette jeunesse dont il défend bec-et-ongle la destinée derrière les barreaux à cause de ces agissements honteux et déshonorants. C’est d’ailleurs avec un grand pincement au cœur qu’il a appris ces tristes évènements auprès de sa secrétaire. Pour 50 000F CFA, se retrouver derrière les barreaux pour 10 ans, quel gâchis !

Louis Konan


Votre message...