13 avril 2018
Yamoussoukro
0 messages
Partager
Yamoussoukro
Installation du Sénat : Guillaume Soro a assisté ce jeudi à la cérémonie solennelle

Le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, M. Guillaume Kigbafori Soro, a assisté ce jeudi 12 avril 2018 à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, à l’installation officielle du tout premier Sénat ivoirien, sous la Présidence effective du Chef de l’Etat, le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara.


Assis au premier rang entre le Vice-président, M. Daniel Kablan Duncan, et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le chef du Parlement a eu droit au tour d’honneur fait par le Président de la République à son arrivée. C’est avec beaucoup d’intérêt que Guillaume Soro a suivi cette cérémonie particulière qui dote la Côte d’Ivoire désormais, conformément à la nouvelle Constitution, d’un parlement à deux chambres, la Chambre des députés et la Chambre des sénateurs.

Les trois discours qui ont meublé cette cérémonie inaugurale, notamment celui du nouveau Président du Sénat, M. Jeannot Ahoussou-Kouadio, de son invitée spéciale, la Présidente du Sénat du Gabon, madame Lucie Milebou-Aubusson, et enfin le discours du Président de la République, SEM. Alassane Ouattara. Chacune de ses trois personnalités a trouvé essentiel de lever tout équivoque sur la création du Sénat en Côte d’Ivoire, qui pour elles participe à l’expression de la démocratie dans tout pays moderne qui se veut démocratique. Elles ont développé tour à tour donc la nécessité et l’urgence de doter les pays africains et singulièrement la Côte d’Ivoire d’un sénat. Bel exercice vraisemblablement réussi par l’invitée spéciale du Président du Sénat, madame Lucie Milebou-Aubusson, Présidente du Sénat Gabonais, qui par des exemples, des citations de politiques ou d’écrivains français et même du Président Félix Houphouët-Boigny, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, a convaincu le Président Alassane Ouattara qu’il n’a pas eu tort de prendre cette décision de doter la Côte d’Ivoire d’un Sénat.

Au Président Guillaume Soro, après les mots d’affection, de reconnaissance et de gratitude à l’endroit du Président de la République, SEM. Alassane Ouattara ; du Président du PDCI-RDA, le Président Henri Konan Bédié et son épouse ; le nouveau Président du Sénat ivoirien, le Président Jeannot Ahoussou-Kouadio s’est exprimé en ces termes :

« Je fais une mention spéciale au Président de l’Assemblée nationale, M. Guillaume Kigbafori Soro. Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, votre présence nous réconforte et constitue déjà le gage de la parfaite collaboration que nos deux chambres se doivent d’entretenir. La pratique du bicaméralisme étant tout d’abord le double examen de texte législatif grâce à la mécanique de la navette qui permette de renforcer la qualité de la loi et de favoriser l’approfondissement de la démocratie. A travers vous monsieur le Président de l’Assemblée nationale, je voudrais saluer les honorables députés, qui en notre absence ont accompli seuls depuis plus d’un an le travail législatif confié au Parlement, c’est-à-dire aux deux chambres. Ancien député moi-même, puis ministre d’Etat auprès du Président de la République chargé du dialogue politique et es relations avec les Institutions, je puis rendre témoignage de votre détermination dans l’accomplissement de vos lourdes charges législatives. Merci Monsieur le Président ! »

Et de donner plus loin dans son discours, le sens du bicaméralisme tout en prenant le soin d’indiquer que l’existence du sénat institutionnalise désormais le dialogue au sein de l’Assemblée nationale et permet la conciliation des points de vue, la recherche de solutions adéquates et une meilleure expression possible de la volonté générale

« Le sens du bicaméralisme est un double regard sur l’action du gouvernement, puisqu’à des degrés divers, l’exécutif est responsable devant l’Assemblée nationale mais aussi devant le sénat qui représente une garantie supplémentaire pour la démocratie. Le bicaméralisme offre aussi l’avantage d’une double représentation du citoyen, la représentation directe à l’Assemblée nationale et indirecte au sénat par l’intermédiaire des collectivités territoriales de la République », a-t-il ajouté en s’adressant à ses nouveaux collègues sénateurs.

Pour le Président Alassane Ouattara qui a pris en dernier la parole pour clore cette cérémonie d’installation du premier Sénat ivoirien, c’est une occasion exceptionnelle, car pour lui une nouvelle ère s’ouvre ce jeudi à la Côte d’Ivoire, celle du bicamérisme avec les deux chambres du Parlement.

« Avec l’Installation du Sénat, la Côte d’Ivoire consolide ainsi sa volonté de se doter d’institutions fortes, elle-même arrivée à une Constitution qui vient renforcer la paix et la stabilité dans notre pays. L’objectif de la Constitution de la 3ème République est en effet de maintenir en chaque ivoirien et en chaque ivoirienne le respect de ses libertés et de ses droits, son rang social, son origine, sa religion et de poursuivre l’œuvre de paix et de développement du père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny. C’est donc conformément à la Constitution de la IIIème République que nous procédons aujourd’hui à l’installation de la Chambre haute du Parlement, qui tout comme l’institution du poste de Vice-président de la République, situe les innovations majeures de cette nouvelle constitution. Mesdames et messieurs, l’institution du sénat en Côte d’Ivoire n’est pas un luxe mais bien une nécessité de développement destinée à assurer une plus grande rigueur dans le travail parlementaire et une efficacité accrue par la possibilité de lecture différenciée des projets de lois. En effet, avec une seconde Chambre représentant les collectivités territoriales et composée de personnalités d’expérience, de divers horizons professionnels ou politiques venant de l’intérieur comme de l’extérieur, reconnues pour leurs expertises et leurs compétences avérées dans divers domaines… cela devient un cadre de réflexion de haut niveau qui ne peut qu’enrichir notre jeune démocratie. Le sénat c’est la chambre de la sagesse ! » a-t-il voulu clarifier avant d’aller plus loin dans son discours.

Débutée à 10 heures par l’appel nominal, cette première séance d’ouverture de la Session ordinaire unique du Sénat de l’Année 2018 a clos ses travaux aux environs de 12 heures 30 minutes par un déjeuner offert dans les quartiers de la Fondation Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix de Yamoussoukro.

Sitôt lesdits travaux terminés, le cortège du Président Guillaume Soro s’est ébranlé en direction de la route internationale du Nord pour rejoindre sa ville natale de Ferkessédougou, où il prendra une part effective le samedi 14 avril prochain, aux festivités d’hommage de sa Région natale, la Région du Tchologo au Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara.


Louis Konan


Votre message...