2 janvier 2019
Ferké
0 messages
Partager
Ferké / Saint-Sylvestre 2018 
Guillaume Soro présente ses vœux de nouvel an 2019 à la Côte d’Ivoire et à l’Afrique

« La Côte d’Ivoire a besoin de retrouver son unité, la Côte d’Ivoire a besoin de se rassembler. Oui, les filles et les fils de la Côte d’Ivoire ont besoin d’amour, de cohésion, nous ne voulons plus la division dans notre pays. Nous ne voulons plus entendre ces discours de haine, je vous en conjure, rassemblons-nous : mais ceux qui sont fâchés, laissez votre colère en 2018 allons en 2019 avec la joie au cœur. Ceux qui veulent renvoyer leurs amis ou chasser leurs amis, qu’ils oublient ce projet en 2018. Rassemblons-nous, c’est ce que le Président Feu Felix Houphouët-Boigny nous a enseigné. »


- Messieurs les Sénateurs

- Mesdames et messieurs les cadres présents

- Monsieur le chef de canton, cher papa

- Chères sœurs, chers jeunes, chers parents de Ferké

Mesdames et messieurs, je tiens d’abord très fraternellement à cette heure précise où nous passons en 2019 à vous souhaiter à chacune et chacun une très bonne année 2019.

Chers parents, vous vous souvenez, je vous avais fait la promesse et il y a 8 ans que chaque année, tant que Dieu le permettra, je serai avec vous tous les 31 décembre (applaudissements). Grâce à Dieu aujourd’hui encore, je suis sur cette terre de Ferké, la terre de mes ancêtres, la terre de nos ancêtres.

C’est pourquoi, je veux que la population de Ferké, toute la population, ensemble nous puissions dans la solidarité et dans la fraternité, parce qu’il faut que Ferké reste solidaire, je dis ensemble dans la solidarité et dans la fraternité, continuer à travailler pour l’intérêt et le développement de Ferké.

Mais avant de vous souhaiter mes vœux de 2019, chers parents de Ferké, je veux que vous vous joigniez à moi, à ma famille, à ma femme et à mes enfants pour remercier des personnalités qui sont venus de loin, de très loin pour faire le 31 avec nous. En premier, je vous demande de saluer le ministre d’Etat, conseiller spécial du Président de la République centrafricaine et son épouse, mon ami et frère monsieur Georges (applaudissements). Je vous demande de vous joindre à moi pour saluer mon ami et frère le ministre Sidi Zaabi de la République du Mali et son épouse (applaudissements) ; je vous demande enfin de saluer mon ami et frère, le ministre Malick Sanko de la République de Guinée Conakry et son épouse.

Chers invités, personnellement je vous suis reconnaissant parce que vous auriez vous aussi pu fêter le 31 décembre dans vos différents et beau pays, mais voyez-vous par amitié et par fraternité et au nom du panafricanisme, vous avez regardé dans l’Afrique entière pour choisir la ville de Ferké pour venir fêter le 31 (applaudissements), c’est nous qui vous sommes reconnaissants. C’est pourquoi je demande au chef de canton, au député-maire, aux autorités de la ville de Ferké et surtout à la population de leur dire encore merci par une ovation (applaudissements).

A présent, chers parents, Ferké, écoutez-moi ! Populations de Ferké, entendez-moi ! l’année 2018 a été pour mon cœur une année difficile, c’est une année au cours de laquelle j’ai connu beaucoup de difficultés ; une année, au plan sentimental, affectif a été difficile ; des jeunes collaborateurs se sont retrouvés du jour au lendemain à la rue , d’autres ont été purement et simplement mis en prison, vous le savez bien, je ne pouvais pas être joyeux ; je ne pouvais pas être heureux, c’est pourquoi j’étais pressé pour que l’année 2018 s’achève.

Mais aujourd’hui, je suis là pour vous tenir un discours non pas de rancune ou de rancœur, je suis là pour vous tenir un discours de paix. Je suis là pour demander à chacun et à chacune de vous de prier pour que l’année 2019 nous apporte la consolation, le réconfort ; que l’année 2019 renforce la cohésion et la solidarité entre les fils et les filles non pas seulement de Ferké mais aussi de toute la Côte d’Ivoire (applaudissements).

La Côte d’Ivoire a besoin de retrouver son unité, la Côte d’Ivoire a besoin de se rassembler. Oui, les filles et les fils de la Côte d’Ivoire ont besoin d’amour, de cohésion, nous ne voulons plus la division dans notre pays. Nous ne voulons plus entendre ces discours de haine, je vous en conjure, rassemblons-nous : mais ceux qui sont fâchés, laissez votre colère en 2018, allons en 2019 avec la joie au cœur. Ceux qui veulent renvoyer leurs amis ou chasser leurs amis, qu’ils oublient ce projet en 2018. Rassemblons-nous, c’est ce que le Président Feu Felix Houphouët-Boigny nous a enseigné.

C’est pourquoi je profite pour dire merci à mes ainés, le Président de la République Alassane Ouattara et à son grand frère, son cher grand frère le Président Henri Konan Bédié. Nous n’avons pas le droit de nous diviser pour le bonheur des ivoiriens.

Maintenant, plus particulièrement, à chacune et à chacun d’entre vous, je souhaite une année de santé, une année qui verra la réalisation de tous vos désirs, c’est sur ces mots d’espoir, c’est sur ces mots d’espérance que je veux à partir de la terre de nos ancêtres, vous adresser une bonne et heureuse année à la Côte d’Ivoire et par la suite à toute l’Afrique (applaudissements).

Propos recueillis et retranscrits par Louis Konan


Votre message...