21 juillet 2017
Abidjan
0 messages
Partager
Abidjan
Guillaume Soro : « Je demande pardon au peuple de Côte d’Ivoire qui a tant souffert »

Le chef du parement ivoirien a regagné Abidjan en ce début de soirée du jeudi 20 juillet 2017. A peine a-t-il foulé le sol que des journalistes lui ont tendu le micro relativement à des questions importantes de l’actualité socio-politique non sans manquer de revenir sur le bilan de sa tournée.


La tournée européenne

A ce sujet, Guillaume Soro a indiqué qu’avec la Fédération de Wallonie, les deux assemblées ont pu signer une convention de coopération, de bon augure pour la Côte d’Ivoire. Il a ensuite souligné qu’après avoir rencontré les plus hautes autorités luxembourgeoises, il a été élu « premier vice-président de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie au nom des parlements africains ». Enfin, il est revenu sur son séjour hexagonal mis à profit pour rencontrer son homologue français François De Rugy avec qui ils ont ensemble dressé le bilan de la coopération parlementaire bilatérale. « La tournée a été un succès » a-t-il dit.

La situation socio-politique

« La Côte d’ivoire a plus que jamais besoin du pardon et de la réconciliation » distille d’emblée. Pour lui, « personne n’a intérêt à jouer contre la stabilité du pays ». A cet effet, il en a en d’ailleurs profité pour lancer un appel solennel à tous les acteurs politiques. « Il faut que nous ayons de la pondération, de la modération et de la retenue. Nous devons sans exception travailler à la paix, à la tranquillité, à l’amour entre les citoyens comme le faisait le Président Félix Houphouët-Boigny ». En ce qui l’engage personnellement, Guillaume Soro a tenu à montrer le chemin en demandant de nouveau « pardon aux Ivoiriens pour toutes les fautes commises, les offenses faites au peuple qui a tant souffert ». Il a aussi pris sur lui-même l’initiative comme signal fort « d’aller demander pardon à tous ses ainés sans exception, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo ». Guillaume Soro finira son adresse en affirmant : « Ne nous divisons pas car la division mène tout droit à la catastrophe, il faut bâtir la paix et sauver la Côte d’ivoire ».

Tout est clair pour Guillaume Soro qui après un séjour européen fructueux s’engage à prendre sa « part dans la construction de la paix et de la stabilité en Côte d’Ivoire » comme annoncé dans le discours de la session inaugurale parlementaire le 3 avril dernier.

KD


Votre message...