18 décembre 2018
#GKS
0 messages
Partager
#GKS
Guillaume Soro : « Avec le Président Bédié je suis convaincu de partager une vision commune de la Côte d’Ivoire »

Après l’accueil chaleureux qui lui a été réservé par le Président Henri Konan Bédié et les populations ce lundi 17 décembre 2018 à Daoukro, le Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, a bien voulu donner les raisons de sa présence dans la capitale de l’Iffou.


Ci-après l’intégralité de son intervention.

Monsieur le Président, nanans, chers élus, cadres, mesdames et messieurs

C’est avec beaucoup d’émotion que je prends la parole. Ce matin, en venant à Daoukro, je n’avais pas imaginé la grandeur de l’accueil qui me serait réservé. En partant d’Abidjan, c’est avant tout pour venir rendre visite au Président Bédié, à un papa en tant que fils. Je suis venu et l’occasion est bonne. Si mes souvenirs sont bons, ça fait bientôt un an que je n’avais pas mis les pieds à Daoukro.

Vous avez compris que les tâches m’avaient absorbé, mais aussi mes occupations académiques puisque j’ai repris le chemin de l’école, donc je cherchais l’occasion, l’opportunité, la possibilité de venir saluer le Président Bédié. Il me faut préciser que le Président Bédié a été et est pour moi, permettez-moi de vous paraphraser monsieur le Président, c’est le Président Bédié lui-même qui disait dans ‘’Jeune Afrique’’ que je suis son protégé, et je suis son protecteur.

Monsieur le Président, au moment où vous faisiez cette déclaration, vous ne pouviez pas imaginer le réconfort que j’ai ressenti, c’était une période extrêmement difficile pour moi et cela ne s’oublie pas. Vous avez agi comme un père.

J’ai eu l’occasion à Paris et à Abidjan de vous remercier pour le soutien que vous m’avez apporté, mais voyez-vous, en ces mots bien choisis, j’y ai découvert de l’affection et de la confiance. C’est pourquoi ma visite ici est une visite de gratitude, de reconnaissance à un homme d’État qui, au-delà de ses nombreuses occupations, sait encore donner de l’affection, de l’amour à ses concitoyens.

Daoukro, je connais bien. À l’époque, jeune étudiant quelque peu turbulent, vous m’avez reçu ici régulièrement pour me donner des conseils. J’ai appris à connaître le Président Bédié, c’est un homme d’État, un homme d’engagement, un homme de parole. C’est ce qui m’a séduit. Je n’oublie pas les moments de l’histoire de notre pays avec beaucoup de commotion. Quand la Côte d’Ivoire en 2010-2011 a traversé des moments difficiles, que ne fut ma surprise frappante de voir le Président Bédié venir au Golf Hôtel nous rejoindre avec son épouse et ses enfants, je lui ai rendu visite dans sa chambre du Golf qui pour moi est un réduit, un cagibi.

Le Président Bédié est un homme d’État qui m’a galvanisé, encouragé et stimulé et vous savez la suite. Il a été de ce combat, c’est pourquoi je lui suis reconnaissant pour nous avoir soutenu, accompagné parce qu’il a fait tout son séjour au Golf. Je n’ai d’autres mots que de lui dire merci, que de lui témoigner ma gratitude.

Monsieur le Président, à présent, permettez-moi de dire quelques mots aux chefs

Nanans, je voudrais vous saluer et vous remercier pour votre présence. Si la Côte d’Ivoire a retrouvé la paix, son unité, l’intégrité territoriale, c’est aussi grâce à votre action perceptible mais aussi discrète. Je sais que chacun d’entre vous tous ici a prié pour le retour de la paix, je ne veux pas que vous soyez découragés, continuez à prier pour la Côte d’Ivoire.

Vous m’avez vu avec les députés engager un processus de paix et de réconciliation. La Côte d’Ivoire a beaucoup souffert des nombreuses incompréhensions, des querelles entre ses fils. C’est pourquoi à l’Assemblée nationale, nous avons présumé que la paix, la stabilité n’était possible que si nous acceptions tous en toute responsabilité d’aller à la réconciliation.

Je vois monsieur le Président, certains me moquer parce que j’insiste sur la notion du pardon et de la réconciliation. Je suis convaincu qu’en demandant pardon, ça permet d’apaiser les cœurs de ceux qui sont fâchés. Et ça nous permet de faire la réconciliation. C’est pourquoi chers nanans, je vous demande de nous accompagner.

Aujourd’hui, je serai ici pour bénéficier des conseils du Président Bédié, lui qui a une si longue expérience de la gestion des affaires de l’État et qui a une grande connaissance inégalée de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Nous, nous sommes jeunes et nous sommes conscients qu’il nous faut apprendre. Donc je suis là, je suis très heureux avec le Président Bédié, et je suis convaincu de pouvoir bénéficier de ses conseils et de partager avec lui une vision commune de la Côte d’Ivoire.

Propos retranscrits par BAMBA Soualo


Votre message...