23 mai 2018
Praia (Cap-Vert)
0 messages
Partager
Praia (Cap-Vert)
Guillaume Soro à l’écoute de la diaspora ivoirienne

Comme il l’avait annoncé à l’aéroport de Praia à son arrivée le mercredi 16 mai 2018, le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, avant son retour le lundi 21 mai 2018 à Abidjan, a échangé avec ses compatriotes ivoiriens expatriés au Cap-Vert.


Plusieurs questions ont été soulevées par cette diaspora au Cap-Vert, qui a apprécié cette rencontre avec le numéro 3 ivoirien, une grande première avec une haute autorité politique pour ces Ivoiriens du Cap-Vert. Au centre des questions, le problème récurrent de la migration de la jeunesse africaine, qui était d’ailleurs inscrit à l’ordre du jour de la 26ème Assemblée Parlementaire de la francophonie ( APF) Région Afrique qui s’est tenue du 16 au 19 mai 2018 à Praia au Cap-Vert, dont le Président Guillaume Soro, Président de la Régionale Afrique et Premier vice-président de l’AFP, en a dirigé les travaux.

Après avoir écouté religieusement et avec beaucoup d’intérêt ses frères et sœurs ivoiriens immigrés au Cap-Vert, les premiers mots du Président Guillaume Soro ont été des mots de Pardon, de Paix et de Réconciliation :

« Je voudrais vous dire que la Côte d’Ivoire, votre pays, notre pays continue son chemin inlassablement vers la paix et la Réconciliation. Tant que nous n’aurons pas réussi à admettre que des peuples de Côte d’Ivoire, il faut constituer le seul peuple ivoirien unique et indivisible, nous serons fragiles à l’extérieur. Qu’on accepte la Réconciliation !

La situation en Côte d’Ivoire aurait pu être pire, tous les ingrédients étaient réunis en Côte d’Ivoire pour que le pays connaisse la déflagration. On s’est battus quelquefois contre nous-mêmes pour imposer la paix. Je vois bien que les questions que vous posez sont des questions liées à un phénomène, la migration dont on a parlé. Il y a beaucoup d’entre nous les jeunes qui pensons qu’il faille aller en Europe pour avoir une meilleure condition de vie. Certains me diront mais Guillaume, ’’tu nous dis tout ça, c’est très bien, sauf qu’on a rien à faire au pays, il n’y a pas de boulot, il n’y a pas ceci cela.’’ Vous avez raison en partie, mais ce n’est pas en fuyant votre pays que vous aidez à créer des boulots en Côte d’Ivoire. C’est nous qui devrions faire en sorte que notre pays soit ce que nous souhaitons qu’il soit. Il faut que vous nous aidiez », a-t-il indiqué.

Pour tous ceux ou toutes celles qui ont souhaité retourner au pays, il a enjoint séance tenante le secrétaire général de l’Assemblée nationale, M. Latte Ahouanzi, et le consul honoraire ivoirien au Cap-Vert, M. Armand Angoua, de lui transmettre la liste des volontaires pour que dès son arrivée à Abidjan, il puisse prendre les dispositions idoines pour faciliter leur retour. Parmi ces volontaires au retour, plusieurs jeunes footballeurs ivoiriens, en quête d’un eldorado meilleur, qui ont été floués par des agents véreux.

Quant à mademoiselle Koné Maïmouna, qui nourrissait depuis un moment l’espoir de retourner au pays et de retrouver ses parents et surtout sa fille, elle est retournée dans le même avion que le Président Guillaume Soro.

« C’est vraiment un geste généreux, je lui dis infiniment merci pour ce geste », a-t-elle traduit au Président de l’Assemblée nationale après la rencontre. Et de lui réitérer ces mots de remerciements avec toute sa famille dès son arrivée à Abidjan.

Le Président Guillaume Soro qui a rejoint Abidjan avant-hier lundi, a séjourné officiellement à Praia, la capitale du Cap-Vert dans le cadre de la 26ème Assemblée parlementaire de la Francophonie, Région Afrique, qui s’est déroulée du 17 au 19 mai 2018. Il en a profité pour être reçu en audience par Son Excellence Monsieur Jorge Carlos Fonseca, Président de la République du Cap-Vert, à qui il a traduit les salutations du Président Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire.

Louis Konan


Votre message...