19 juillet 2017
Actions sociales
0 messages
Partager
Actions sociales
déjà en 2012, des proches collaborateurs de Guillaume Soro sensibilisaient sur le Pardon et la Réconciliation

La Réconciliation et le Pardon que veut prôner davantage le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, n’est pas un leurre, ni une vue de l’esprit, ni un canal voulu manifestement pour atterrir au pouvoir comme certains le pourfendent. Cette volonté de voir les Ivoiriens se pardonner et se réconcilier lui vient du plus profond de son cœur, et ce depuis la signature en 2007 de l’Accord politique de Ouagadougou (APO). Pour lui, il ne doit pas avoir d’amalgames entre sa politique ou sa volonté de voir les Ivoiriens enfin réconciliés et ses supposées ambitions pour 2020.


En 2012, des journées de Pardon et de Réconciliation à Yopougon se sont tenues du vendredi 13 au Dimanche 15 Janvier, parrainées par un conseiller spécial du Pan, M. Ouattara Kossomina Daniel, ancien coordonnateur du Programme National de Réinsertion et de Réhabilitation Communautaire (PNRRC). A ce titre, M. Ouattara Daniel avait séjourné dans neuf (9) quartiers de la Grande commune de Yopougon et a invité les populations de Yopougon au pardon et à la réconciliation. Plusieurs missions de ce genre diligentées par Guillaume Soro ont eu lieu à travers tout le pays.
« Yopougon Amin Brin Li » ou « Yopougon sur la voie de la réconciliation », tel était le thème de ces journées de la Réconciliation organisées par le Comité des sages des neuf sous-quartiers de Yopougon, à savoir Kouté-village, Terminus 40, Camp-militaire, Koweït, Toit rouge, Nouveau quartier, Groupement foncier, Quartier millionnaire et Wassakara, qu’a parrainé le Conseiller spécial du Pan Guillaume Soro en 2012.
Auparavant, durant un mois, avec l’appui technique et financier du PNRRC, les membres du comité des sages, composé de dignitaires religieux, musulmans et chrétiens, de chefs coutumiers, de responsables politiques, de leaders de la société civile et de chefs de quartiers, ont parcouru lesdits quartiers de Yopougon pour rencontrer les différentes communautés et les inviter à ressouder les liens de fraternité altérés par la crise post-électorale. Il s’agissait pour le comité des sages, d’être à leur écoute afin de les amener à trouver un consensus qui les mènera à la réconciliation.
Au cours de la cérémonie de clôture qui a eu lieu le dimanche 15 janvier au stade de la Brigade anti-émeutes (BAE) de Yopougon Toits rouges, ce Comité des sages a remis à M. Daniel Kossomina OUATTARA, Coordonnateur National du PNRRC, un rapport de mission.
Mis en mission par Guillaume Soro alors Premier ministre, M. Daniel Ouattara avait indiqué dans son allocution que ces journées de Pardon et de Réconciliation ont pour objectif de contribuer au rétablissement de la confiance entre les populations de Yopougon, facteur d’une réconciliation vraie. M. Daniel OUATTARA, par la suite a félicité les initiateurs du projet et les a encouragés à poursuivre leurs actions dans cette voie. Pour terminer, il a exhorté la population de Yopougon au pardon et au « Vivre ensemble ».
Aller vers les plus extrémistes, les plus irréductibles pour convaincre et rassurer, c’est juste cela qui anime le chef du Parlement ivoirien Guillaume Soro. Mieux, depuis qu’il était premier ministre jusqu’à aujourd’hui Président de l’Assemblée nationale, à chaque fois qu’il a rencontré ses collègues Rois et chefs traditionnels, son message a toujours eu pour point focal le Pardon et la Réconciliation. Vous ne verrez jamais un discours de Guillaume Soro devant la chefferie traditionnelle où il n’exhorte pas à la Réconciliation. Aujourd’hui, mieux qu’un appel, qu’une exhortation, ce digne fils sénoufo de Ferkessédougou veut passer à une phase pratique et concrète de la Réconciliation tant souhaitée entre les Ivoiriens, en rencontrant chaque acteur politique, chaque ivoirien fâché contre la République.
C’est d’ailleurs pourquoi pour y arriver, il a associé à ce projet si noble l’ensemble des députés de cette Première Législature de la 3ème République en plaçant cette Législature sous le sceau du Pardon et de la Réconciliation. Une alliance dénommée l’Alliance du 03 avril à même vu le jour. Et au lieu d’être félicité par l’Exécutif, lui qui s’est battu lors de sa première législature pour convaincre, des députés quelquefois réticents à l’adoption de certaines lois, pour permettre au Président de bien gouverner, les Ivoiriens sont surpris de voir Guillaume Soro être vilipendé, insulté par certains membres du gouvernement qui l’accusent de tout et de rien.
La bataille est ailleurs ! Laissons L’homme de mission Guillaume Soro apporter sa pierre à l’édifice et à la fin on le jugera. N’est-ce pas ce qu’il sait faire le plus, bien remplir ses missions !

Konan Louis


Votre message...