23 janvier 2018
Adzopé
0 messages
Partager
Adzopé
Cure herniaire gratuite empêchée : Quand la politique politicienne prend le pas sur les actions d’utilité publique

« J’ai reçu des instructions de ma hiérarchie pour ne pas mettre à dispositions le site de l’hôpital pour votre cérémonie ainsi que le plateau technique du bloc opératoire », M. Cissé Moussa, directeur de l’hôpital général d’Adzopé


Le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, actuellement en déplacement en France a vraiment eu mal au cœur en apprenant ce week-end que l’organisation non gouvernementale, l’ONG LA VIE que dirige son frère cadet Soro Simon a été empêchée de mener ses activités de cure herniaire gratuite à Adzopé.

Avant tout propos, il convient de situer le cadre de cette cure herniaire en ce début d’année dans la région de la Mé. En effet, sur invitation de Guillaume Kigbafori Soro, Président d’honneur du Tchologo Festival, les têtes couronnées d’Adzopé présentes à la 7ème Edition de ce rassemblement festif régional de cette fin d’année, ont émis le vœu de voir l’ONG LA VIE intervenir dans leur région. Le chef du Parlement ivoirien pour qui l’essentiel se trouve dans la solidarité a bien approuvé cette démarche des chefs traditionnels de la Mé et a donné séance tenante son accord.

C’est ainsi que ce samedi 20 janvier 2018, le Président de l’ONG LA VIE, M. Soro Simon, et son équipe médicale se sont rendus à Adzopé pour offrir ce beau cadeau aux populations de la région de la Mé, celui de redonner la santé gratuitement à tous ceux qui souffrent de la hernie ombilicale dans cette grande région nourricière du pays. Il s’agit tout simplement et conformément à son cahier de charge que l’ONG "LA VIE", ONG d’utilité publique, pratique des interventions chirurgicales gratuites pour de nombreuses personnes souffrant de dette maladie invalidante, et rien d’autre. Eh bien, cette action salvatrice à l’endroit des 350 malades répertoriés n’aura pas lieu pour cause de politique politicienne. Le Directeur de l’hôpital, M. Cissé Moussa, a donné une fin de non-recevoir à M. Soro Simon sous prétexte que la décision vient de sa hiérarchie. Sa hiérarchie directe, c’est bien le ministre de la santé et de l’Hygiène publique et à degré moindre le directeur régional de la santé.

« J’ai reçu des instructions de ma hiérarchie pour ne pas mettre à dispositions le site de l’hôpital pour votre cérémonie ainsi que le plateau technique du bloc opératoire », voici les mots du directeur de l’hôpital général d’Adzopé, M. Cissé Moussa
Pire, la clinique privée qui devait recevoir les malades alors qu’un accord avait été trouvé entre le responsable et M. Soro Simon s’est lui aussi rétracté à la dernière minute. Cette suite d’évènements nauséeux a laissé perplexe Guillaume Soro qui ne comprend guère le sens de ces refus à une ONG caritative ivoirienne qui vient gratuitement au secours de malades ivoiriens.

Où est la politique dans une opération de cure herniaire gratuite si ce n’est apporter la santé aux populations les plus démunies ? Heureusement que l’arrivée du Président du Conseil régional de la région, le ministre Patrick Achi a permis de décrisper quelque peu la situation. Le ministre Patrick Achi, vu la tension dans l’air, a proposé que la cérémonie soit reportée pour une meilleure organisation. Discours politique ou réalité ?

Bien que le ministre Patrick Achi ait usé de la bonne diplomatie pour calmer les ardeurs, le précédent frise clairement le sabotage et la malversation de la part de certaines personnalités politiques.

Toute démarche qui va à l’encontre de la vision de M. Soro Simon et du Président d’honneur de l‘ONG, Guillaume Soro, élu du peuple, Président de l’Assemblée nationale, 3ème personnalité politique du pays. Dans son discours de bilan annuel, M. Soro Simon, présent le samedi 23 décembre 2017 dans la commune d’Abobo à l’occasion de la cérémonie solennelle de clôture de ses activités annuelles 2017, avait saisi l’occasion pour lancer un appel à un véritable élan de solidarité pour une lutte plus efficace contre cette maladie invalidante. Il avait à cet effet appelé les autorités ivoiriennes, les opérateurs économiques et les populations ivoiriennes à la non-indifférence et à plus de générosité autour des malades. Et pour plus de sympathie et d’attention envers les malades de la hernie ombilicale, M. Soro Simon avait rappelé à souhait les effets les plus connus de la hernie que sont la gêne physique et sociale, la nuisance à l’intimité du couple, la fragilisation de la santé et la réduction de la capacité du travail.

« Nous devons, surmontant nos égoïsmes et nos indifférences, faire le premier pas qui sauve en regardant autour de nous. Certains de ces malades voient leur mal s’aggraver parce que dans leur environnement immédiat, personne ne s’intéresse à eux. L’indifférence étant la pire source de détresse, nos frères malades traversent l’existence le regard songeur et l’âme en peine. Je vous prie, vous ici rassemblés, vous qui de loin m’entendez, de venir nous rejoindre afin d’être des procureurs de bonheur », avait traduit Soro Simon comme cri de cœur.

Eh bien ! Une fois de plus ce samedi 20 janvier, ce cri de cœur n’a pas été entendu. Cette opération gratuite de cure herniaire a été purement et simplement annulée sans toutefois donner une raison valable.

C’est le lieu de rappeler aux filles et fils de la Côte d’Ivoire que la politique ne doit pas nous faire de vue la solidarité, le partage, l’épanouissement et le bien-être de nos concitoyens. L’égocentrisme ne doit pas nous habiter quand il s’agit de biens communautaires, quand il s’agit de sauver des vies. Les chefs traditionnels qui ont été à l’initiative de cette opération et qui appartiennent à une institution de la République, notamment la chambre des Rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire sont plus que confondus et confus devant leurs populations devant cet acte que je pourrais qualifier d’irrespectueux de la part du gouvernement ivoirien.

Louis Konan


Votre message...